15 avril 2010

Rhinocéros ~ Ionesco

rhino

J'ai lu cette pièce dans le cadre la lecture commune du mois d'avril de mon forum.

Résumé


Rhinocéros est la pièce la plus riche de Ionesco. Elle ne perd rien de l'esprit d'innovation, de provocation, des premières pièces. Comme elles, celle-ci mélange les genres et les tons, le comique et le tragique. Mais l'innovation principale qui s'introduit ici est la réflexion sur l'Histoire, à travers le mythe. La pièce est une condamnation de toute dictature (en 1958, on pense au stalinisme). Ionesco condamne autant le fascisme que le communisme. C'est donc une pièce engagée : « Je ne capitule pas », s'écrie le héros. Le rhinocéros incarne le fanatisme qui « défigure les gens, les déshumanise ». On sent l'influence de La Métamorphose de Kafka. Dans une petite ville, un rhinocéros fait irruption. Par rapport à lui, les personnages prennent diverses attitudes. Certains se transforment en rhinocéros ; un troupeau défile. Seul Bérenger résiste à la marée des bêtes féroces, symboles du totalitarisme. (Résumé des éditions Folio)

Mon avis


 

Rhinocéros est une comédie absurde, facile à lire, amusante et qui pousse à la réflexion. Comme souvent pour les lectures communes ou pour les livres qui sont assez célèbres pour que je les lise, je ne lis pas le résumé et je ne me renseigne pas sur le sujet. Pour moi, Rhinocéros était une métaphore pour décrire la pièce. En fait, pas du tout, on parle vraiment de l'animal. 

Tout commence un dimanche dans un centre ville où une épicerie et un café sont ouverts. Jean, bien propre sur lui, attend Bérenger, son ami. Ce dernier arrive en retard, tout débraillé et avec une gueule de bois. A travers ses descriptions, nous voyons tout de suite une opposition entre ces deux personnages. Durant cet acte, nous ressentons une sorte d'égoïsme entre les personnages. Personne ne s'écoute, tout le monde continue de parler de son sujet alors que certains sont passés à autre chose. Ces dialogues de sourd sont comiques et doivent être très amusantes à visualiser. Puis, à force de divaguer et de tergiverser sur le sujet, les personnages perdent le sens important de leur conversation Des faux problèmes apparaissent dans le dialogue des personnages (avec par exemple Rhinocéros d'Asie ou d'Afrique). Le personnage qui m'a le plus plu est le Logicien dans sa manière d'embrouiller plus qu'il n'explique.

Le lendemain de l'incident, les collègues de Bérenger apprennent la nouvelle. Nous voyons là une caricature du monde de l'entreprise avec un patron qui ne pense qu'à la production de ses employés, l'employé toujours en retard, l'homme hautain qui sait tout mieux que tout le monde, la secrétaire, un peu idiote que personne ne veut croire. Nous retrouvons encore ces dialogues de sourds et cette non-coordination entre les personnages. Puis, nous découvrons que les rhinocéros sont en fait des humains transformés. Se pose alors la question de suivre la cadence ou pas ? Qui a raison ? Qui a tort ? J'ai beaucoup aimé la fin de cette pièce qui ne laisse pas le lecteur indifférent. 

Posté par Bulle-livre à 22:43 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires sur Rhinocéros ~ Ionesco

    Je me souviens l'avoir étudié en seconde. Comme tu l'as bien souligné c'est une critique ouverte de notre société qui tend à se déshumaniser. Je crois me souvenir que c'était aussi une critique sur la montée du fascisme. En tout cas une lecture qui fait réfléchir.

    Posté par lounapil, 16 avril 2010 à 10:02
  • Je le note celui-la, il a l'air sympa

    Posté par latite06, 16 avril 2010 à 10:19
  • Ce livre fait parti de mon challenge ABC et je suis contente de voir que tu l'as apprécié =D

    Posté par Mariiine, 16 avril 2010 à 13:38
  • Un classique que je relis de temps en temps pour le boulot !

    Posté par Leiloona, 19 avril 2010 à 13:10
  • Je viens de la finir et j'ai beaucoup apprécié cette pièce si différente de La cantatrice chauve.

    Posté par Véro, 07 mars 2011 à 11:36
Poster un commentaire